" Pourquoi ai-je décidé de m’entraîner? Ou petite histoire d’une femme ordinaire qui a largement dépassée ses objectifs…

C’est pourtant simple, nous sommes tous un peu à la recherche d’un certain idéal que ce soit l’image qu’on véhicule dans les médias, les magasines ou les films. Reste que ma réalité était un peu différente. Je suis une femme dynamique et active qui s’alimente assez bien. Je fais de l’alimentation et de la santé un choix de vie même si je permets bien des plaisirs, la bonne «bouffe» étant un plaisir de la vie à ne pas manquer pour une telle épicurienne! Je ne suis pas non plus portée sur la mode ni sur le culte de la minceur et d’être «LA» meilleure. Malheureusement, un diagnostic de maladie auto-immune tombe et vient un peu modifier la donne : l’hypothyroidie. Et oui, cette maladie de plus en plus fréquente de nos jours touche plus de femme qu’auparavant. Insidieuse, elle se développe durant ma grossesse, mais n’étant pas causée par un dérèglement due à la grossesse, mais plutôt par une attaque immunitaire contre moi-même! À cette seconde grossesse en moins de 3 mois d’un premier accouchement, j’accumule près de 70 lbs avant la fin de cette seconde grossesse sans avoir modifié mon alimentation ni avoir ralenti mes activités sportives! Comment je me sentais? Pas tellement fière du résultat… Après ce second accouchement, j’ai conservé les séquelles de plus de 40 lbs en trop. Pour moi, être grosse signifiait se laisser aller, ne pas prendre soins de son corps ni de son esprit, ne pas être actif en plus d’avoir un caractère «fataliste»… Par ailleurs, j’ai ainsi pris conscience de tous les stéréotypes et des étiquettes attitrés aux gens obèses en vivant, malgré moi, cette nouvelle réalité. Depuis ce gain de poids considérable, j’avais également de plus en plus mal au dos et j’éprouvais des lombalgies sans faire des faux mouvements…. contrariant dites-vous? J’ai donc continué de m’entraîner 3 séances par semaine en gym en plus de me rendre au travail à vélo à presque tous les jours et ce, sans les résultats escomptés, c’est-à-dire perdre mon excès de poids et diminuer mes douleurs au dos. Si j’ai réussi certes à perdre quelques livres, c’était bien en-deçà de se que je voulais pour me sentir bien dans ma peau. En plus, je refusais catégoriquement de me mettre au régime puisque j’avais une bonne alimentation à la base et je ne crois pas aux bénéfices des régimes à long terme. Et puis un jour, j’ai décidé de consulté un kinésiologue pour m’aider à mieux m’entraîner et éviter d’avoir davantage mal à mon dos en vieillissant. Avec beaucoup d’encadrement et de persévérance –mot clé ici-, j’ai compris que malgré toute l’information et l’éducation véhiculées sur la santé et la forme physique, malheureusement, il y a beaucoup de mythes et d’informations erronées. J’ai maintenant appris qu’il y a une différence entre s’entrainer et bien s’entrainer, que le corps peut se modifier avec un entraînement approprié et complet, que les cours offerts en groupe sans une supervision adéquate se traduisent à avoir la conscience tranquille, mais dont les bénéfices sont quelconques ce qui expliquent les piètres résultats. Bref, j’ai appris que la bonne santé passe par les gens qui s’y connaissent réellement. Ça fait plus d’un an que je m’entraine, peut-être pas à mon maximum à toutes les fois, mais les résultats sont criants! Ma maladie est complètement guérie -surprenant ainsi mon neurologue qui n’y a rien compris à cette guérison «miracle»-, oui j’ai perdu environ 20 livres, mais le plus important c’est que je n’ai plus mal au dos, je me sens bien dans ma peau et «exit» les médicaments! "

KATHLEEN C.